s


Leïla Sebbar romancière et nouvelliste

Journal d'une femme à sa fenêtre  

suite 28 (septembre 2014)
                                                            CONTACT



copyright© droits réservés
Sébastien Pignon





      

Septembre 2014

Sainte-Livrade-sur-Lot, les rapatriés indochinois de 1956. Mariage algéro-tunisien avec drapeaux tunisien et algérien, boulevard Blanqui (Paris 13e). Les jeunes jihadistes français. Police des mœurs islamique en Allemagne. Le Chambon-sur-Lignon avec Patrice Rötig, Rachel Cohen, chez Jean-François Manier, typographe (éd. Cheyne).

8 septembre

Dans Libération, un reportage sur le Centre d’accueil des Français d’Indochine, le Cafi, à Sainte-Livrade-sur-Lot. 400 000 personnes ont quitté l’Indochine en 1956. 5 000 sont dirigées vers la France, 1 200 vers Sainte-Livrade. Combien vers Noyant-d’Allier ? Je suis allée avec D à Sainte-Livrade, j’en parle dans Voyage en Algérie autour de ma chambre, Abécédaire (éd. Bleu autour, 2008). Un nouveau lotissement remplace les anciens bâtiments. Dominique Rolland que j’ai rencontrée à l’occasion d’une table ronde sur le métissage, auteure de Petits Vietnams, histoire des camps de rapatriés d’Indochine (Elytis, éd. 2010) propose à la mémoire des Anciens un dallage de briques portant le nom de chacune des familles du Cafi, avec documentation numérique.

13 septembre – Samedi

Un mariage algéro-tunisien dans les HLM du boulevard Blanqui. Klaxons intempestifs, tambours, musique, danse femmes et hommes sur le trottoir sous les fenêtres. La mariée en blanc traverse, majestueuse, la rue. Des voitures en double file, une voiture de luxe toit ouvert. C’est la fête. Drapeaux algériens et tunisiens. Revendication nationale, comme sur le Stade de France lors de la victoire du Mondial, des drapeaux algériens sur la pelouse. J’avais pensé, dans ces années-là, avant la vague jihadiste, que c’était un signe d’intégration : on n’avait pas à cacher ses origines algériennes, tout en étant français nés en France de parents algériens. Vingt ans plus tard, la situation a changé, l’islamisation se radicalise, de jeunes musulmans français se rendent en Irak et en Syrie pour se battre avec des combattants de « l’État islamique », ils sont des centaines, garçons et filles, femmes, hommes, enfants… Ils sont français, ils ont des passeports français, ils reviendront en France.

Ces drapeaux déployés dans la rue du 13e arrondissement disent « Nous ne sommes pas de ce pays mais nous lui imposons nos coutumes »… On entend encore les klaxons dans le quartier.

Dans la Meuse, l’été dernier, j’ai vu un mariage musulman dans la ville avec musique et danses, femmes en hijeb, comme à Paris, il n’y avait pas de drapeaux algériens ni tunisiens.

Diffusion d’une vidéo par EI. C’est la décapitation d’un otage britannique membre d’une ONG en Syrie. La Grande-Bretagne entre dans la coalition contre l’EI.

9 septembre

Enfin un appel rendu public à la Grande Mosquée de Paris « Musulmans et chrétiens solidaires pour la défense des chrétiens d’Orient ! » On l’attend depuis des mois. L’UOIF (Union des organisations islamiques de France) n’a pas signé l’appel… alors que des crimes contre l’humanité sont perpétrés et que l’Islam est instrumentalisé.

L’Orient musulman chasse les chrétiens comme il a chassé les juifs. Qu’adviendra-t-il de cet Orient que les artistes et les écrivains du xixe siècle ont découvert dans l’enchantement ? Orient cosmopolite, hospitalier, riche de cultures et de langues diverses. Il interdit aujourd’hui l’étranger… L’espoir des révoltes arabes est ruiné.

14 septembre

En Rhénanie Nord Westphalie des salafistes gilet orange « sharia police » font des rondes nocturnes contre l’alcool et les salles de jeu, une police des mœurs comme il en a existé en Iran, comme il en existe aujourd’hui dans « l’État islamique » Irak/Syrie. À Wissou, en France, Richard Trinquier dénonce des projets de tribunaux islamiques… Il y aurait un millier de jeunes Français musulmans et convertis en Syrie/Irak. Pour la première fois des jeunes filles mineures partent pour le jihad. Elles seront combattantes de la foi ? Mariées de force ? Esclaves sexuelles et ménagères ? Il n’existe pas encore de récits de la vie de ces jeunes exaltées, idéalistes peut-être, elles ont cru à la bonne foi des recruteurs et qu’elles vont travailler au bonheur universel ?

15 septembre

Rachel Rita Cohen qui a écrit un récit de son enfance égyptienne dans Une enfance juive en Méditerranée musulmane (éd. Bleu autour, 2012), m’envoie des photos du voyage au Chambon-sur-Lignon le 11 juillet après l’inauguration officielle des éditions Bleu autour à Saint-Pourçain-sur-Sioule, dans la nouvelle maison de Patrice et Deniz, le 10 juillet.

De Saint-Pourçain au Chambon avec Rachel et Patrice, nous traversons des paysages que Rachel découvre, curiosité joyeuse. On s’arrête à Firminy et comme s’il attendait Patrice et ses mots turcs, un restaurant Le Jean Jaurès, nous sourit en turc. Ce n’est pas exactement un kebab, c’est un mixte France/Turquie.

Au Chambon, le fameux lycée protestant qui a accueilli des juifs sous l’occupation, n’existe plus.

La librairie-bar à vins L’arbre vagabond de Jean-François et Simon Manier domine une colline. C’était, je crois, une ancienne école et Jean-François a connu la dernière institutrice. Une belle librairie, hospitalière, raffinée comme une maison de la bohème anglaise. On a envie de s’asseoir là, dans les livres et l’odeur de la cuisine de Simon, le fils de Jean-François, pour toujours. Jean-François Manier typographe, a fondé avec sa femme les éditions Cheyne, et chaque année il invite un éditeur et un auteur avant Les lectures vagabondes de l’été, lectures sous l’arbre.

Jean-François Manier nous a donc invités, Patrice Rötig comme éditeur et moi comme écrivain, à parler ensemble de notre travail de « Gens du livre ». Rachel, quelques jours plus tard, m’a envoyé une belle lettre sur la rencontre, conviviale, généreuse, heureuse, entre le jardin, les mots et les mets de Simon. Un moment précieux que racontent les photos de Rachel. Patrice qui n’est pas un conservateur n’a pas enregistré la rencontre, il n’a pas pris de photos… Il n’aime pas l’archive, je crois. Rachel était là pour l’image et ses mots.

 





                       Le Chambon-sur-Lignon. À la librairie-bar à vins de Jean-François Manier avec
               Jean-François Manier, Patrice Rötig, Leïla Sebbar, 11 juillet 2014 (photos Rachel Cohen).



               présentation à Saint-Pourçain-sur-Sioule du livre de Leïla Sebbar Le pays de ma mère  
                                       (éd. Bleu autour), 10 juillet 2014 (photos Rachel Cohen).

                      Le Chambon-sur-Lignon. Jean-François Manier, Patrice Rötig et Rachel Cohen.

Mi-septembre et après

Les États-Unis bombardent en Irak et en Syrie pour éradiquer les jihadistes de « l’État islamique ». La France cherche, comme en Afghanistan, une petite place de supplétif. On croit qu’on a réussi en Centre-Afrique, au Mali. Les islamistes radicaux sont toujours présents et ils essaiment en Somalie, au Kenya. Au Nigeria Boko Haram nargue le pouvoir et les puissances occidentales. En Libye après l’intervention du trio USA-France-Angleterre, c’est le chaos et l’islamisme prolifère, menace la Tunisie et la région. Échec, échec, échec…

Et on veut encore bombarder, bombarder. Comme Israël à Gaza : plus de 2 000 morts, 500 enfants tués, plus de 10 000 maisons détruites. Côté israélien moins de 10 civils tués dont 1 enfant. Crimes contre l’humanité. On parle de barbarie pour les uns, on ne dit rien pour les autres et les USA ne condamnent pas les massacres à Gaza, Israël poursuit dans l’impunité et continue la colonisation. Qu’on ne s’étonne pas des réactions violentes contre ces injustices. David Grossman lui-même, écrivain israélien, déplore le comportement politique guerrier de son pays, dans une tribune du journal Libération.

Mi-septembre et après

Les États-Unis bombardent en Irak et en Syrie pour éradiquer les jihadistes de « l’État islamique ». La France cherche, comme en Afghanistan, une petite place de supplétif. On croit qu’on a réussi en Centre-Afrique, au Mali. Les islamistes radicaux sont toujours présents et ils essaiment en Somalie, au Kenya. Au Nigeria Boko Haram nargue le pouvoir et les puissances occidentales. En Libye après l’intervention du trio USA-France-Angleterre, c’est le chaos et l’islamisme prolifère, menace la Tunisie et la région. Échec, échec, échec…

Et on veut encore bombarder, bombarder. Comme Israël à Gaza : plus de 2 000 morts, 500 enfants tués, plus de 10 000 maisons détruites. Côté israélien moins de 10 civils tués dont 1 enfant. Crimes contre l’humanité. On parle de barbarie pour les uns, on ne dit rien pour les autres et les USA ne condamnent pas les massacres à Gaza, Israël poursuit dans l’impunité et continue la colonisation. Qu’on ne s’étonne pas des réactions violentes contre ces injustices. David Grossman lui-même, écrivain israélien, déplore le comportement politique guerrier de son pays, dans une tribune du journal Libération.

vers la suite suivante 29

retour à la page d'accueil